Tout le monde a eu ce pressentiment au lendemain des élections présidentielles américaines de novembre 2016, à l’issue desquelles Donald Trump a été élu président des Etats-Unis d’Amérique, que quelque chose de grave venait de se passer, que  » le loup était rentré dans la bergerie « , et donc qu’il y allait avoir des dégâts.

Sous l’effet de ce pressentiment, j’avais diffusé le 10 novembre, une publication intitulée << Peur sur la Démocratie >>, disponible sur cette page ainsi que sur mon blog dans Mediapart.

J’y qualifiais le choix des américains d’élire Donald Trump comme 45è président des Etats-Unis comme  » un saut dans l’inconnu « , tout en espérant au fonds de moi que l’épreuve du pouvoir allait adoucir son tempérament impulsif, sa volonté de dominer le reste du monde et son agressivité contre l’islam et les musulmans.

Palestine

Très vite, mes espoirs se sont effondrés avec l’adoption de son décret de bannissement d’entrée sur le territoire américain à l’encontre de plusieurs pays musulmans, son refus de reconnaître le traité d’accord sur le nucléaire iranien signé par son prédécesseur Barack Obama avec les 5 membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies et l’Allemagne, et son alignement aveugle sur la poursuite de la colonisation des territoires palestiniens par Israël.

Sa décision prise ce mercredi 6 décembre 2017, de reconnaître Jérusalem comme la capitale de l’Etat sioniste d’Israël avec le transfert de l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, en dépit des mises en garde de la communauté internationale, des pays musulmans et du Pape, sur les conséquences d’une telle décision pour la paix dans la région et dans le monde, porte la marque du saut dans l’inconnu que j’appréhendais.

Nous y sommes aujourd’hui, et dure risque d’être la chute pour tout le monde.

Cependant, pour les dirigeants du monde musulman,  » l’heure de vérité  » vient de sonner, à eux de relever le défi que vient de leur lancer Trump à la figure, et qu’ils n’ont pas su ou voulu relever face à Israël depuis 70 ans !

S’ils le relève, il va leur falloir couper le cordon ombilical qui les lient à l’Amérique, notamment pour l’Arabie Saoudite, les pétromonarchies du Golfe et l’Egypte, sortir de l’hypocrisie de leurs relations avec Israël, arrêter la montée des tensions entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, mettre un terme aux guerres internes dévastatrices, Yémen, Syrie, Irak, Libye, Egypte, adopter de toute urgence une stratégie de réponse commune sur la situation de la Palestine, qui doit aller de la rupture des relations diplomatiques et économiques à l’engagement militaire si nécessaire.

S’ils s’en détournent, il devront affronter la colère et le désir de vengeance du peuple musulman qui ne voudra jamais accepter cette humiliation suprême, ce renoncement au troisième lieu saint de l’islam, Al Masjid al Aqsa, la mosquée sacrée de Al Aqsa, citée dans le Coran lui-même, et considérée par l’ensemble du monde musulman, sans la moindre distinction toutes tendances confondues, comme un lieu inviolable et inaliénable, de la même valeur et de la même importance que la mosquée de la Mecque abritant la Kaaba, ou la mosquée du Prophète (Paix, Salut et Bénédiction de Dieu sur lui) à Médine.

Et il est à craindre que le reste du monde aie devoir aussi à faire face à la colère du monde musulman, qui inévitablement si cette décision n’est pas abandonnée très rapidement dans les jours à venir, risque de s’exprimer avec toutes les conséquences en terme de violence possible aussi bien dans la région qu’au-delà.

Enfin, c’est également l’heure de vérité pour toutes les femmes et tous les hommes épris de justice et de paix, qui doivent au nom de leur conscience, affirmer que le moment est venu de mettre un terme à la plus scandaleuse injustice en cours aujourd’hui sur la surface de la terre, le plus insupportable mépris pour les droits de l’homme et la dignité humaine, la plus insolente atteinte au droit international et la plus grande menace pour la stabilité du monde.

Oui, l’heure est venu pour que ces femmes et ces hommes s’unissent dans un seul élan et une seule indignation collective pour exiger et obtenir la fin de la colonisation de la Palestine, la fin de l’humiliation d’un peuple par la confiscation de ses droits.

Ces hommes et ses femmes sont les alliés de la Paix, le devoir les appellent aujourd’hui de mettre fin à la tragédie des Palestiniens, leurs voix doivent s’exprimer en ce sens, il en va de leur responsabilité, leur mobilisation sans faille sera la clé du succès incha Allah !

Avec affection, espoir et détermination.

AbdouRahmane

Al Quds

Categories: Opinions